Alcatraz contre les infâmes bibliothécaires – Brandon Sanderson

Je m’appelle Alcatraz. J’ai treize ans, je suis orphelin et je ne suis pas un gentil.
Laissez-moi vous dire une bonne chose : si un vieux bonhomme à la santé mentale douteuse débarque chez vous sous prétexte qu’il est votre grand-père et que vous devez l’accompagner dans une espèce de quête mystique… refusez sans hésiter.
Je fus obligé d’enfreindre cette règle ; c’était un cas de force majeure. Mais croyez-moi, c’est à ce moment-là que mon destin bascula, direction sacrifices, dinosaures, magie noire et infâmes bibliothécaires.
 

J’ai adoré ce livre. A tel point que je l’ai lu en 2 jours.

Alcatraz est un garçon de 13 ans, orphelin qui va d’une famille d’accueil à l’autre. Le jour de son anniversaire, il entre en possession de son héritage, et découvre en même temps un pan inconnu de sa famille…

J’ai adoré ce livre parce que c’est un livre qui est bourré d’humour tant par certaines situations qui sont parfois totalement incongrues que par le maniement du sarcasme dont fait preuve Alcatraz. L’auteur prend également un malin plaisir à jouer avec les nerfs du lecteur y ajoutant même une dose de mauvaise foi.

Au niveau de l’intrigue, l’auteur manie le suspense avec brio (avec qui ?) et on découvre les evenements en même que le narrateur…

Bref, ça donne un ensemble plutôt pas mal ficelé même si ça reste beaucoup du jeunesse.

Les personnages sont quand même plutôt nombreux et j’avoue que j’ai du mal quand y’en a beaucoup dans un roman… J’ai adoré Leavenworth Smedry, qui manie le n’importe quoi avec un grand naturel. il m’a vraiment fait mourir de rire.

C’est un roman encore une fois sur la quête d’identité, qui est quand même un thème récurrent dans les bouquins, mais c’est aussi un roman sur la confiance en soi puisque nos plus grandes faiblesses peuvent devenir nos plus grandes forces… C’est un roman sur l’esprit critique qu’on se doit d’avoir puisqu’ici le savoir et les informations sont au mains d’une seule « caste »…

Bref, j’ai beaucoup aimé ce livre, même si ce n’est pas un coup de coeur, et je lirais la suite… J’espere juste  que je ne me lasserais pas de l’humour d’Alcatraz…

Accords imparfaits – Rose Darcy

Quand Derrick rencontre Laura, cela fait des étincelles. Toutes sortes d’étincelles, de toutes les couleurs. Les deux jeunes gens savent qu’ils sont faits l’un pour l’autre, mais cela ne signifie pas pour autant qu’ils pourront s’entendre car pour eux, se disputer devient tout un art. Ni l’un ni l’autre ne savent s’ils auront un avenir ensemble ni même s’ils devraient s’y essayer.

Accord imparfaits met en scène un groupe de colocataires qui vivent dans une grande maison. Dans ce groupe de colocataires on rencontre plus particulièrement Laura, jolie rousse à la personnalité flamboyante et Derrick, nouvel arrivant.

Laura et Derrick démarrent leur relation sur les chapeaux de roues, en entamant une relation « électrique ». Ils se détestent et prennent un malin plaisir a se chercher au moyen de « blagues » douteuses…

Laura est une jeune femme à la personnalité impétueuse tandis que Derrick est un jeune homme à l’âme torturée. Ce roman n’est qu’étincelles entre eux. Puis le rapport se modifie pour une relation plus intime et plus tendre entre eux au fur et à mesure que les autres colocataires quittent la maison. On apprend à les connaître tour à tour, les chapitres alternant les points de vue entre eux.

Ce livre est une romance et répond aux codes classiques du genre. Ils se détestent alors qu’ils sont fait l’un pour l’autre. Tout le monde le sait sauf eux. Ca tourne, ça vire, ça s’en va et sa revient (comme une chanson populaire), peut-être un peu trop sur la fin, où j’ai eu envie de mettre des claques à Derrick tellement il est versatile. Moi, un mec comme ça, je l’envoies chier. Direct.

J’ai lu cette histoire àç un moment où j’avais besoin de me rouler dans le sirupeux et le bisounoursesque, et à ce compte-là, j’ai été séduite. L’écriture de Rose Darcy est simple, c’est fluide. Et j’ai beaucoup aimé les quelques didascalies dont nous fait parfois profiter l’auteur…

Néanmoins, il y’a quelques défauts qui m’ont fait tiquer. Tout d’abord, au tout début du livre, avant d’entrer dans le vif du sujet, l’auteur nous gratifie d’une présentation des personnages. J’ai du mal avec ce genre de choses. N’aurait-il pas mieux valu qu’on nous les laisse découvrir dans l’histoire ?

Ensuite la temporalité. On passe de la rencontre de nos tourtereaux à subitement 3 ans après. J’ai mis quelques paragraphes à comprendre qu’on avait changé de temps…

Bref ! Une lecture agréable qui a totalement rempli son but. J’ai beaucoup aimé et il me semble que d’autre productions de Rose Darcy sont à sortir… Je les attends de pied ferme !

Les enfants-loups : Ame et Yuki – Mis en dessin par Yû

Dans une université de la banlieue de Tokyo, Hana s’éprend d’un étudiant de sa classe aussi beau que mystérieux. Alors que leurs sentiments s’approfondissent, ce dernier lui révèle un secret susceptible d’ébranler leur relation : sa vraie nature est celle d’un homme-loup. Forte de son amour, la jeune fille l’accepte et de leur union naissent une fille, Yuki, puis un garçon, Ame, deux enfants mi-humains mi-louveteaux. Mais confrontés au regard des autres, il leur faut cacher cette différence…

Ca faisait des mois que je rêvais de lire ce manga, c’est enfin chose faite ! Et je ne le regrette pas !

C’est l’histoire de deux enfants hybrides, fruits des amours humaines et lupines. Hana, humaine rencontre un jour un étudiant, mi-humain / mi-loup (mais rien à voir avec le chien de tintin). De cette union naitront deux enfants, Yuki et Ame.

Dans ce tome, on assiste à la genese de l’histoire, les titres des chapitres sont d’ailleurs explicites, tels que « La Rencontre », « Naissance »… C’est une histoire tendre, on y ressent de l’émoi, de l’amour, de la tendresse mais aussi de la tristesse et des « inquiétudes » évidemment liées au coté identitaire des personnages. Le dessin est de plus très doux, très tendre, très « rond »… Et Yuki est vraiment super-mimi en loup !

Bref, un vrai coup de coeur, j’ai adoré cette histoire. Quand on les quitte, Hana et ses enfants, entament une nouvelle vie. J’ai donc hâte de me procurer la suite, et de me replonger dans ce roman graphique.

Challenge Les 100 livres préférés des blogueurs V2 – Palace-of-books

Image

1/ Harry Potter de J.K. Rowling
2/ Hunger Games de Suzanne Collins
3/ Le monde de Charlie de Stephen Chbosky
4/ Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas
5/ L’épreuve de James Dashner
6/ Percy Jackson de Rick Riordan
7/ Les étoiles de Noss Head de Sophie Jomain
8/ Gone de Michael Grant
9/ L’assassin royal de Robin Hobb
10/ Entre chiens et loups de Mallorie Blackman
11/ A la croisée des mondes de Philip Pullman
12/ Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell
13/ Nos étoiles contraires de John Green
14/ Orgueil et préjugés de Jane Austen
15/ Dracula de Bram Stoker
16/ Le seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien
17/ Twilight de Stephenie Meyer
18/ Le monde de Narnia de C.S. Lewis
19/ Divergente de Veronica Roth
20/ Night School de C.J. Daugherty
21/ Les âmes vagabondes de Stephenie Meyer
22/ Le pacte des Marchombres de Pierre Bottero
23/ Les orphelins Baudelaire de Lemony Snickett
24/ Fablehaven de Brandon Mull
25/ Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows
26/ Si je reste de Gayle Forman
27/ La couleur des sentiments de Katherine Stockett
28/ Les bannis et les proscrits de James Clemens
29/ Multiversum de Leonardo Patrigiani
30/ Kel, tome 1 : Noir et blanc d’ Andrea Schwartz
31/ Les hauts de Hurlevent d’Emily Brönte
32/ L’épée de vérité de terry Goodkind
33/ Les chevaliers d’émeraude d’Anne Robillard
34/ Le trône de fer de Georges R.R. Martin
35/ Chronique du tueur de roi de Patrick Rothfuss
36/ Mercy Thompson de Praticia Briggs
37/ Les royaumes oubliés de R.A. Salvatore
38/ Jane Eyre de Charlotte Brönte
39/ Le cycle Drenaï de David Gemmell
40/ Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos
41/ Le horla de Guy de Maupassant
42/ La cité des tenebres de Cassadra Clare
43/ Rose Morte de Céline Landressie
44/ Croc-Blanc de Jack London
45/ Le retour des phénix de Marion Obry
46/ L’héritage de Christopher Paolini
47/ Nouvelle d’un Myrien de Sandra Moyon
48/ Les piliers de la terre de Ken Follett
49/ Tristan et Iseult d’Anonyme
50/ L’ombre du vent de Carlos Ruis Zafon
51/ Oraisons de Samantha Bailly
52/ MacKayla Lane de Karen Marie Moning
53/ Mémoire d’une geisha d’Arthur Golden
54/ Rose-Aimée de Béatrice Bottet
55/ L’épouvanteur de Joseph Delaney
56/ Les héros de l’Olympe de Rick Riordan
57/ Ensemble c’est tout d’Anna Gavalda
58/ La horde du contrevent d’Alain Damasio
59/ Le chuchoteur de Donato Carrisi
60/ Le puits des mémoires de Gabriel Katz
61/ Battle Royale de Koushun
62/ Autre-monde de Maxime Chattam
63/ Candide de Voltaire
64/ Le hobbit de J.R.R. Tolkien
65/ L’histoire de Pi de Yann Martel
66/ Felicity Atcock de Sophie Jomain
67/ Valisar de Fiona McIntosh
68/ Fils-des-brumes de Sanderson
69/ La face cachée des dômes d’Anne Feugnet
70/ Les somnanbules d’Ophélie Pemmarty
71/ La trilogie du mal de Maxime Chattam
72/ Haut-royaume de Pierre Pevel
73/ Les Hauts conteurs d’Oliver Peru et Patrick Mc Spare
74/ No et moi de Delphine de Vigan
75/ Une île de Tracy Garvis Graves
76/ Boys don’t cry de Malorie Blackman
77/ Wonder de R.J. Palacio
78/ Lettre à mon ravisseur de Lucy Christopher
79/ Les eveilleurs de Pauline Alphen
80/ La quête d’Ewilan de Pierre Bottero
81/ Les misérables de Victor Hugo
82/ Les royaumes invisibles de Julie Kagawa
83/ Farenheit 451 de Ray Bradbury
84/ Le magasin des suicides de Jean Teulé
85/ Oh ! Boy de Marie-Aude Murail
86/ Le Chaos en marche de Patrick Ness
87/ L’écume des jours de Boris Vian
88/ – Quand souffle le vent du nord / – La septième vague de Daniel Glattauer
89/ Elle s’appelait Sarah de Tatiana de Rosnay
90/ P.S. I love you de Cecelia Ahern
91/ Kafka sur le rivage de Haruki Murakami
92/ Le cirque des rêves d’Erin Morgenstern
93/ La quête des livres-mondes de Carina Rozenfeld
94/ L’étrange voyage de Mr Daldry de Marc Lévy
95/ Quelques minutes après minuit de Patrick Ness
96/ Un jour de David Nicholls
97/ Ca de Stephen King
98/ De fièvre et de sang de Sire Cédric
99/ Parce que je t’aime de Guillaume Musso
100/ Silverwing de Kenneth Oppel.

Des challenge sont disponibles sur le blog de Crouton, pour ma part je m’inscris pour L’ultime Challenge qui est de lire les 100 livres dans un temps indeterminé !

Charley Davidson, tome 1 : Première tombe sur la droite – Darynda Jones

Vous savez, ces mauvaises choses qui arrivent aux gens bien ? C’est moi.
Mon nom c’est Charley et je suis la Faucheuse.

Les morts, je connais : j’en vois depuis que je suis née. Des fois, je les aide à faire des trucs du genre laisser un mot à leurs proches ou traquer leur assassin… Ça tombe bien parce que je suis aussi détective privée ! Pratique, non ? Ce qui l’est moins, c’est que les gens autour de moi ont du mal à y croire. Comme Swopes, l’agent avec qui je bosse : je voudrais qu’il me lâche un peu la grappe.
Cela dit, je pourrais le gérer si je n’avais pas d’autres chats à fouetter… comme ce bel inconnu qui vient me rendre visite toutes les nuits dans des rêves torrides et dont j’aimerais bien découvrir l’identité…

Charley Davidson est une jeune femme d’une vingtaine d’années. Détective privée, elle est dotée d’une faculté particulière et paranormale qui fait d’elle une faucheuse.
Charley est une jeune femme d’une vingtaine d’années, je l’ai déjà dit. C’est une jeune femme forte et sarcastique qui se révèle au fur et à mesure de l’histoire fragile également. J’ai beaucoup aimé l’alliance des deux, cette carapace humoristique qui lui permet de se protéger et de pouvoir assumer son don et sa fragilité qui est liée à ce don également.
J’ai beaucoup aimé aussi le personnage de l’oncle Bob, qui est un des seuls à la croire. Il accepte la nature de Charley sans sourciller, d’autant plus que cette faculté lui a rendu des services par le passé. Il ne comprend pas toujours tout mais il finit toujours par lui accorder gain de cause. Il personnifie énormément le personnage de gros nounours. J’ai vraiment adoré l’oncle Bob.
Il y’a évidemment d’autres personnages, mais pour moi ce sont vraiment les deux que j’ai préféré. Et je suis plutôt contente parce que le cercle des personnages est plutôt restreint et ça, ça me plaît.

Du point de vue de l’histoire, il s’agit d’une enquête policière « banale ». Elle n’est intéressante que par le coté fantastique et elle ne m’a franchement pas « emballée » mais faut dire qu’à la base, je ne suis pas amatrice de polar. C’est peut-être bien là que le bât blesse… J’ai beaucoup plus aimé l’histoire humaine, l’histoire de Charley, son don, comment elle l’a découvert, comment elle l’appréhende, son rapport aux autres pas toujours facile quand on a ce genre de problématique entre acceptation, incompréhension, voire rejet total. Et comment ce don prend place dans sa vie quotidienne également. Cela donne lieu à la découverte d’un nouveau personnage, Reyes.
Ce roman est bourré d’humour. Charley est sarcastique, et la plume de Darynda Jones est aussi drôle tant dans les dialogues, tant que dans les situations. La scène où le monde de Charley s’écroule est juste sublime. J’ai beaucoup ri.
J’ai beaucoup aimé aussi la relation qu’elle entretient avec Swopes, coéquipier de l’oncle Bob. Entre attirance et répulsion, ils passent leur temps à se chercher en se balançant des vannes. « Bonne journée, va te faire foutre » est d’ailleurs devenue ma nouvelle devise.
Toutefois, arrivé au milieu de l’histoire, ça m’a saoulée. On rigole, on rigole, mais pendant ce temps, on ne va nulle part. Ca se calme par la suite, j’ai aimé l’intimité qui se crée avec l’histoire de Charley.

Bref ! Un bon premier tome avec peu de défauts, une histoire humaine que je suivrais avec plaisir. L’auteur finit avec des questions non résolues, notamment sur Reyes, et même si j’avoue n’être pas fan du personnage, j’ai hâte d’en savoir plus.

Affaire à suivre donc… J’ai le tome 2 dans ma PAL.

Survivant – James Herbert

couv13746175Un Boeing 747 s’écrase près d’Eton. C’est l’une des plus effroyables catastrophes de l’histoire de l’aviation : 332 morts. Un seul survivant : Keller, le copilote, n’a aucun souvenir de l’accident. Tandis que tout le monde essaie d’oublier l’horreur du drame, lui cherche à comprendre pourquoi il y a échappé. Bientôt, il est hanté par des voix, celles des passagers morts dans le crash. Et cette hantise gagne peu à peu l’ensemble de la ville et des habitants d’Eton. Le jour de vérité approche, une vérité insupportable à laquelle Keller refuse de croire…

Survivant est le second livre de James Herbert que j’ai lu, « Le secret de Cricley Hall » étant le premier. J’avais été enchantée de cette lecture, j’ai donc réitéré avec un autre livre de cet auteur.

Survivant est l’histoire d’un crash d’avion qui se produit dans la campagne anglaise. 331 victimes et 1 seul survivant, totalement indemne. Des lors, après le crash, des évenements paranormaux commencent à se produire dans la petite ville d’Eton. Et le survivant cherche à comprendre…

J’ai un avis en demi-teinte sur ce roman. Survivant est un des premiers livres de James Herbert et par rapport à Crickley Hall, je l’ai trouvé un peu scolaire. On a le point de départ avec la catastrophe aérienne, et à partir de là, on à d’un coté, le point de vue du Survivant (dont j’ai oublié le nom) et de l’autre, les evenements auquels sont confrontés les habitants. Et c’est comme ça un chapitre sur deux. Un peu comme si c’était du remplissage.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Keller (le survivant du crash) et j’ai beaucoup aimé sa quête de vérité et de compréhension, de pourquoi lui à survécu et pas les autres, et de qu’est ce qu’on attend de lui etc… J’ai beaucoup aimé sa rencontre avec le spirite qui lui ouvre les portes d’un monde auquel il refuse de croire. Les autres personnages sont anecdotiques et ne sont là que pour appuyer (remplir ?) l’histoire.

Enfin, j’ai été déçue… non pas déçue, mais la fin je l’ai trouvée baclée, et finalement très humaine par rapport à ce qui nous été raconté avant. J’ai trouvé que l’oeuvre finale manquait de liant entre les parties…

Bref, une lecture que je qualifierais de bof-bof, avec des défauts, qui m’a fait frissonner parfois tant les scènes paranormales sont bien décrites, mais j’aurais aimé qu’on reste vraiment dans le fantastique au de s’éparpiller comme l’a fait James Herbert. Il reste toutefois un auteur que je vais continuer a lire puisque le tout premier que j’ai lu de lui date de la fin de sa carrière, et que j’ai vraiment adoré celui-là, qui a répondu a toutes mes attentes…